fbpx

Votre addiction vous a sauvé la vie ?​

Lorsque nous exerçons un comportement addictif, compulsif il y a toujours une bonne raison. Si si ! Il est peut-être même possible que votre addiction vous ai sauvé la vie.

En tous cas pour moi c’est se qui s’est passé. Durant une période très sombre de ma vie je buvais de l’alcool à outrance. Le but était de m’endormir de m’éteindre.

Les circonstances de ma vie avaient fait que je m’étais retrouvé seul, dans une grande ville, où je ne connaissais personne à faire un travail pas très stimulant.
J’enchaînais les rencontres sans lendemain et souvent sans intérêt, me dévaluant encore plus chaque jour. Forcément je me jugeais pour mon alcoolisme qui prenait une place de plus en plus importante dans ma vie.
L’alcoolique se doit d’être intelligent pour pouvoir continuer à boire plus longtemps ? J’organisais mes journées autour de l’alcool. Des plans du genre : okay, dès que j’arrive chez moi, je bois à fond, comme cela à 20h00 je suis bourré, et cela me laisse une bonne nuit pour récupérer pour aller au boulot le lendemain.
Mon corps à tellement souffert de tout ce que je lui ai fait subir. Parfois le matin, lorsque j’avais un peu trop forcé, j’avais des nausées, une sorte de brouillard cotoneux dans les transports me menant vers mon lieu de glandage de travail. J’arrivais à maintenir un semblant de sérieux, de faire bonne figure.

Et si votre comportement addictif était la seule solution que vous aviez trouvé à présent pour rester en vie ?


J’étais au fond du trou dans un état de délabrement moral et psychique avancé. Etant encore jeune, l’aspect physique était relativement épargné. Après une tentavie avortée d’en finir, j’ai décidé de rester en vie et de remonter la pente.
Je pense sincèrement que s’il n’y avait pas eu cet alcool je ne serais plus là pour en parler. Cela m’a aidé à tenir. Tenir jusqu’à quoi ? Jusqu’à ce que je trouve de l’aide, des informations, une meilleure solution.
Et mon histoire est loin d’être un cas isolé. Face à un désaroi, une impuissance, une incapacité à surmonter une situation le recours à un comportement compulsif ou addictif est la meilleure solution -à ce moment là- qu’une personne aie pu trouver pour rester en vie ou ne pas tuer quelqu’un d’autre.

Pourquoi choisit-on l'addiction ?

Oui je sais que c’est surprenant mais vous avez choisi votre comportement addictif ou compulsif. Je ne dis pas que vous avez fait ce choix consciemment. Mais si vous lisez ces lignes, c’est que vous êtes prêt à l’entendre, à la reconnaître et à aller vers d’autres choix pour contributif pour vous.

Le mécanisme de la compulsion ou de l’addiction se met en place progressivement lorsque l’on se trouve face à une situation que l’on ne sait pas gérer. Les raisons seront différentes pour chacun et seront à rechercher dans votre histoire personnelle. Mais je peux vous donner quelques exemples ou situation pour vous aider à reconnaître ce qui se passe dans votre cas.

  •  choisir de manger, de grossir de devenir moche, non désirable après avoir subi des abus, pour ne plus jamais avoir à revivre cette situation.
  • choisir de recourir à une drogue pour supporter une situation, une relation que vous ne savez pas gérer.
  • être conscient que quelque chose ne va pas, mais la douleur ou la peur de l’affronter, de regarder en face étant trop grande choix d’un comportement d’oubli.
  • vouloir se punir du tort que quelqu’un vous a fait plutôt que l’affronter ou chercher réparation.
  • vouloir se cacher, se renfermer, se faire tout petit car ce que vous vivez est tellement dur que vous ne trouvez que faire d’autre.
  • maintenir une relation abusive, ou une structure sociale en place, le choix de l’addiction se présente comme la meilleure alternative à la conscience.

Chaque histoire est différente, mais vous noterez une constante : le recours à l’addiction pour se couper de la conscience.

Vous percevez quelque chose, et si vous développez votre conscience de cette chose, vous savez que cela va être trop douloureux, ou vous avez peur des conséquences si vous ouvrez les yeux alors vous recourrez à une addiction quelle qu’elle soit.

L'abus de soi

Derrière chaque comportement addictif, il y a une addiction primaire. On choisit une comportement addictif pour ne pas faire cesser son addiction primaire.

L’addiction primaire c’est l’addiction au tort de soi, à l’abus de soi, au jugement de soi. Vous avez jugé que vous aviez tort, que vous étiez en tort. Quelques exemples :

  • je suis une mauvaise personne car je ne prends pas soin  de XXX (qui est en fait une pure ordure)
  • je ne mérite pas de vivre, et donc je me punis car je suis méchant avec YYY
  •  je n’arrive pas à faire comme tout le monde, comme tous les autres
  • au bout de x minutes avec cette personne je m’ennuie, je ne suis pas gentil
Vous pourrez compléter cette liste à l’envie. Et si à la place vous posiez des questions ?


De quoi suis-je conscient que je ne veux pas voir ?
Quels mensonges est-ce que je préfère ignorer ?
Si je m’écoutais vraiment est-ce que je continuerais ce boulot, cette relation, irais-je toujours voir ces personnes ? 

Quoi d'autre est possible ?

La voie classique vous la connaissez : psychose, médicaments, volonté vacillante, remplacer une addiction secondaire par une plus socialement admise (s’abrutir dans le travail par exemple), je ne vais pas m’y attarder vous n’êtes pas là pour ça.

L’autre voie c’est de choisir la conscience.

En choisissant la conscience vous choisissez de soulever le couvercle, vous abandonnez la thérapie du coucou-caché, vous vous choisissez. Et en effet il est possible que les choses changent : séparations, rencontre de nouvelles personnes, déménagement, choix de vie différent, changement de travail. Ce ne sont que des exemples.

Le choix de la conscience va vous mener à observer les choses telles qu’elles sont, à ne plus ignorer vos ressentis, à ne plus vous donner tort.

Je pourrais résumer en : et si maintenant vous écoutiez simplement votre coeur ? Cela peut parraître simpliste, mais cela demande un grand courage. Finalement vous n’avez que trois choix : vous tuer et rejouer un autre personnage, continuer avec n’importe qu’elle addiction ou reconnaître que vous savez au fond de vous ce qui est vrai et le suivre.

S'aider, approfondir

J’ai créé des méditations guidées, des musiques subliminales, des vidéos, des podcast sur ce sujet pour aller plus loi, et choisir au-delà de la dépendance.

Lectures complémentaires

ressources d’aide addiction

AddictIon, compulsion : les ressources Table des matières AddictIon, compulsion : les ressourcesLivresaudios, méditations, musiquesL’AbusAutres articles du blog L’addiction ou la compulsion peut prendre de

Lire plus »

Addiction Kit d’urgence

Découvrez le Kit d’Urgence Addiction. Table des matières Découvrez le Kit d’Urgence Addiction.Autre chose est possibleMéditations et musiques subliminalesSur le même thème Vous sentez que

Lire plus »

La bonne réparation pour toi

La bonne réparation pour toi est un livre qui vous donne des outils pour dépasser la dépendance, l’addiction, la compulsion. Cette addiction peut s’exercer de

Lire plus »

dépression

Lorsque l’on est déprimé, rien n’a de sens : la vie n’a aucun sens, quoique l’on fasse tout est vide. Et c’est un cercle vicieux,

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
avatar
  S’abonner  
Notifier de

“Où sont mes pieds, ou sont mes mains, ou est ma tête ?”

Mon mantra
Subliminal
offert