Roman Changer sa vie. Chapitre 6a

Ajoutez votre texte de titrage ici

Je me suis toujours demandé ce que je faisais sur Terre. De découvertes en surprises, Marc nous partage son chemin sans concession; mais avec légèreté.

Amis lecteur, je te livre mes pages. Laisse moi ton commentaire en bas de celle-ci 🙂 

Ce chapitre est un tournant dans l’aventure de Marc.

Zut, je n’ai pas lu le début, vite ! Je vais au chapitre 1 !

Comme de coutume ma pourvoyeuse officielle en livres, Laurence m’a mis sur la piste d’un nouveau trésor. Chaque fois que je vais chez elle je me plonge dans sa bibliothèque, c’est bien simple j’aurais envie de tout embarquer ! Cette fois j’ai jeté mon dévolu sur La prophétie des Andesi. Roman fantastique à succès ou le héros parcourt le Pérou, pris dans le tourbillon d’une aventure rocambolesque. D’accord belle histoire, mais ce qui m’interpelle réellement c’est la notion qui est reprise ad nauseam : les coïncidences. A chaque tournant du récit, le héros rencontre une vieille connaissance, ou un évènement se produit qui lui fait écho.

Le message du livre, c’est que toutes les coïncidences qui nous traversent ne sont pas le fait du simple hasard mais sont des évènements qui sont là pour nous guider. Mon premier réflexe est de railler toutes ces belles histoires. Tiens, je remarque au passage qu’avant d’assimiler un nouveau paradigme, j’ai toujours tendance à commencer par le mépriser, avant d’éventuellement y revenir, et ensuite l’intégrer. J’en appelle en premier lieu à mon bon sens. Je revendique d’être logique, scientifique, cartésien. Plus j’avance dans mes découvertes, et plus je me fais l’effet d’une bernique qui s’accroche désespérément à son rocher ! « Non surtout, je ne veux pas aller ailleurs, laissez-moi tranquille là où je suis ! » Oui d’accord, peut-être que j’anthropomorphise légèrement. Je prends une décision aujourd’hui. Je décide de laisser tomber ma revendication du cartésianisme, je fais le choix de m’ouvrir à l’inconnu. Après tout même si je divague, cet univers mystérieux, cette spiritualité qui m’attire sont infiniment plus marrants que la réalité habituelle ; il suffit d’écouter les « informations » cinq minutes pour se le rappeler. Alors même à présent si c’est moi qui élucubre peu importe ! Je préfère m’amuser et plonger dans l’inconnu, le quantique ! Au revoir grisaille ! Bonjour folie, bonjour magie !

Et pour commencer, je décide que les synchronicités sont des messages que nous envoie l’univers pour répondre à nos désirs, nos envies et aussi pour nous faire évoluer. Je les relie aux intuitions. J’ai envie de suivre mes intuitions, de les laisser se développer, lassé de laisser décider le mental. Surtout, lorsque je vous où il m’a mené jusqu’ici, je crois que je peux sérieusement m’interroger sur son efficacité. La première synchronicité que je vois, c’est l’évocation du Tai-chichuan par Malika. J’ai trouvé deux cours dans les environs, je vais faire une séance d’essai dans chaque et si cela me plaît, je m’inscris.

                                                                                        Un peu de musique pour accompagner votre lecture ?

                                        Acheter une morceau de piano que vous aimez bien est un moyen de soutenir ce site.

                                                                                                                                             Merci pour votre geste.

Coralie parvient à émerger ; notre fils commençant à s’aligner sur notre rythme de vie. Il a moins besoin de manger la nuit, et espace aussi ses gloutonneries diurnes. Bonne nouvelle la libido de Coralie refait surface. Les dernières semaines de grossesse et l’après naissance ont été consacrées à cette nouvelle vie. Maintenant que Coralie est un peu plus disponible nous avons pu trouver du temps pour notre couple et refaire l’amour. Comme c’est bon de retrouver cette communion des corps, la sensualité partagée, la complicité des échanges et des caresses. J’ai demandé à Coralie comment c’était de refaire l’amour, est-ce que son corps avait changé ? Elle m’a dit que c’était beaucoup plus intense qu’avant la naissance. Mais elle me dit qu’elle était aussi un peu frustrée que nos étreintes soient souvent trop fugaces. Et c’est vrai que fréquemment je galère, moi j’ai déjà joui et suis prêt à me rouler sur le côté alors qu’elle, elle commençait juste à être émoustillée. Décalage. J’avais lu des trucs pour retarder mon éjaculation : penser à des choses anti-sexe (pour moi c’était ma belle mère), se masturber avant de faire l’amour ; mais je n’ai jamais trouvé cela bien efficace. Au lieu de rester vexé dans mon orgueil de mâle je vais chercher ce que je peux faire pour que notre sexualité s’améliore. J’ai rien trouvé d’intéressant sur les forums, à part des âneries. Je suis pas non plus intéressé par les pilules et autres onguents magiques. J’ai fini par trouver quelques ouvrages sur le sujet. Parmi eux, il y en a un qui m’a vraiment aidé : Le Tao de l’art d’aimerii. Les hommes et les femmes n’ont pas du tout le même rythme. Nous hommes, avons l’héritage du mâle reproducteur pour lequel ce qui comptait le plus était la perpétuation de l’espèce. Alors disséminer sa semence le plus rapidement possible était un avantage. Je le savais plus ou moins, mais la bonne nouvelle est que je suis normal ! Par contre la nouveauté pour moi c’est que l’on associe éjaculation à jouissance masculine ; mais cela n’a pas de lien. On peut jouir sans éjaculer. Tiens donc. Il faut juste s’entraîner à faire travailler le muscle pubococcygien – région anus testicules – et l’on peut facilement décider si l’on souhaite ou non éjaculer. Autre bonne nouvelle, il faut quelques jours seulement pour muscler cet endroit sur lequel on ne se focalise par forcément… Et ces exercices peuvent se faire n’importe où : en voiture, au bureau, dans une file d’attente (c’est marrant comme cela deivent beaucoup moins pénible d’attendre son carnet de timbre ou son patron !). Lorsque l’on éjacule pas, l’auteur parle d’injaculation, on peut jouir, et ensuite on peut continuer à faire l’amour et là cela change tout. En fait plutôt que de se détourner de ses sens en essayant de penser à autre chose, c’est l’opposé on se focalise sur son pénis, on est attentif à ce que l’on ressent, quelles sont les sensations. Je me suis donc exercé sous la douche pendant quelques jours avant de mettre en pratique. Et là miracle ; c’est Coralie qui me demande grâce. Je suis content d’avoir inversé la situation, repris le contrôle de mon sexe et surtout le plus beau cadeau c’est d’offrir à ma chérie un ou plusieurs orgasmes. Et cela l’invite à encore plus de câlins ; je crois que l’on a bien fait d’avoir cette conversation. Je comprends mieux pourquoi parfois, j’avais l’impression que ma chérie cherchait à éviter les ébats.

J’ai passé quelques entretiens pour changer de boulot. J’attends des réponses, j’ai l’impression que je vais bientôt changer de travail, chouette, de nouvelles choses en perspective. Je vais quand même attendre la fin de mon arrêt maladie et voir ce qu’il se passe quand je vais retourner au bureau ; s’il y a du neuf. Finalement, si je pars, le seul truc qui va me manquer c’est Laurence !

Quand je me balade sur des sites internet alternatifs, je vois qu’il y a un courant de pensée qui s’appelle la décroissance. Cela attire mon attention car, à chaque fois que j’entends les politiques parler de croissance, de relance économique je bous intérieurement. Comment peut-on être stupide à ce point que d’imaginer une croissance infinie sur un monde fini ? Pourtant tous ces grands pontes, ces énarques, ces sciences-po ont fait des études dans de grandes écoles. Sont-ils aveuglés, endoctrinés ? Est-ce l’appât du gain ? A quoi rime cet extractivisme forcené ? Même moi, qui ne me suis pas éternisé sur les bancs de la fac, je peux comprendre cela. La Terre est un vaisseau spatial, quand toutes ses ressources seront épuisées, il y aura une panne sèche. Sans doutes que pendant longtemps cela n’était pas si flagrant, il y avait moins de monde sur la planète, toutes les ressources n’avaient pas été touchées, exploitées, sur-exploitées, en voie de tarissement. Et avec leur crise économique, ils me font rire, depuis que je suis né, j’ai toujours entendu parler de crise ; ce n’est plus une crise, c’est systémique, structurel ! Les décroissantsiii ont bien compris aussi qu’il y avait comme un problème, qu’il n’était pas possible de continuer ainsi. D’ailleurs ce n’est pas possible, mais même si cela l’était, ce n’est pas non plus souhaitable. L’insatiable égo en veut toujours plus, mais n’est jamais satisfait. A quoi bon continuer à amasser sans cesse ? Le bonheur n’est pas lié à la possession, l’accumulation compulsive. J’ai honte d’appartenir à cette espèce.

Plus précisément, non, je ne me sens même pas appartenir à cette engeance, je me retrouve plus du côté des décroissants. Enfin si j’affine, j’adhère à la simplicité volontaireiv : c’est un mouvement voisin des décroissants, mode de vie qui se centre sur le choix de vivre sans nuire ni à autrui, ni à l’environnement en se focalisant sur ses besoins essentiels. Un mode de vie plus simple, plus sobre cela me semble plus logique. Être plutôt qu’avoir. Nous sommes une des nations les plus riches – financièrement – de la planète avec le plus de dépressifs, la plus grosse consommation d’anti-dépresseur au monde. Nous sommes tellement égoïstes que nous envoyons nos parents terminer leur existence dans des mouroirs, pardon des maisons de retraite. Comme s’il y avait un age où l’on n’avait plus de valeur, car on ne contribuait plus au PIB… En Asie, un pays nommé le Boutan a remplacé le PIB par le BNB, le Bonheur National Brut. Créer un tel indicateur est une véritable prouesse, un véritable pied-de-nez aux capitalistes forcenés. C’est reconnaître la valeur de l’humain, la mettre au premier plan, non pas seulement celle des nantis. Plus il y a de catastrophes, d’accidents plus le PIB augmente, la croissance augmente ! Et c’est de cette unique manière que nos économistes et nos politiques jaugent la bonne santé de notre pays, de notre économie. C’est ainsi qu’ils pilotent le bateau ivre. Je crois que je rêve, ou que je cauchemarde.

Poursuivant ma phase économie, je viens de finir Effondrement. Le Chercheur Jared Diamond y explique comment se sont effondrées des civilisations qui nous ont précédées – les mayas, les amérindiens, les viking… Parmi les facteurs qu’il a identifié comme étant la cause de ces ruines, la destruction de l’environnement revient. Pour ces civilisations éteintes, ces écocides concernaient une zone géographique relativement restreinte. Mis en perspective avec notre époque, on assiste à un écocide généralisé : pas une parcelle de la terre n’est épargnée. Dire que je participe à ceci. Comment vivre en respectant notre mère nourricière. Souvent on entend dire que nous vivons dans une des sociétés les plus développées de la planète. En effet notre société est tellement développée qu’elle a réussi à polluer son air, son eau, sa terre en une poignée d’années. Vous connaissez l’histoire du fou qui scie la branche sur laquelle il est assis ? Je me sens mal, dire que je participe à ce massacre. Mais que puis-je faire ?

Références

La prophétie des Andes, James Redfield Roman iniatique, découverte des synchronicités

Le tao de l’art d’aimer de Jolan Chang

Un must pour tous les hommes qui souhaitent s’épanouir dans l’intimité. Découvrez votre corps.

La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance de Paul Ariès

Consommation infinie sur une planète aux ressources finies, est-ce possible ?
Comment de grades civilisations se sont écroulées, et comment va finir la notre ?
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on facebook
avatar
  S’abonner  
Notifier de

“Ou sont mes pieds, ou sont mes mains, ou est ma tête ?”

VCI International

Robot d’arbitrage : gagner avec les crypto-monnaies (Bitcoin) Créez des revenus passifs 345$ 524$ générés en 54 56 jours avec un investissement initial de 300$ 🙂 Edit 1er

Lire plus »

Tirer l’énergie

Une pratique magique : tirer l’énergie Souhaiteriez-vous créer votre vie, votre réalité d’une manière totalement différente de ce que vous faites actuellement ? Faire advenir

Lire plus »

Dépasser la peur

Comment dépasser la peur ? La peur est une invention ! stop Est-ce que la peur est une réalité ? Est-ce une invention, une construction

Lire plus »