fbpx

Roman Changer sa vie. Chapitre 5b

Changer sa vie, vers la lumière. Vers la lumière

Je me suis toujours demandé ce que je faisais sur Terre. De découvertes en surprises, Marc nous partage son chemin sans concession; mais avec légèreté.

 

 

Amis lecteur, je te livre mes pages. Laisse moi ton commentaire en bas de celle-ci 🙂 

 

Zut, je n’ai pas lu le début. Vers le chapitre 1 !

Gonflé d’importance, je m’empare de la poussette flambant neuve pour la ficher dans le coffre de la voiture. Avec assurance je commence à la refermer. Voyons voir, ou faut-il pousser, à quel endroit faut-il tirer pour la replier. Peste ! Où est-ce que cela bloque-t-il ? Pourtant je me suis entraîné à plusieurs reprises, à la manière d’une répétition d’évacuation d’urgence. Calme, posé, tout s’enchaîne parfaitement, logiquement. Mais là, je me dis que les concepteurs doivent être des experts du Rubiks Cube, ou alors ils doivent également s’adonner aux puzzles en trois dimensions durant leurs loisirs. En dernier recours je tenterais bien un grand coup de pied dans ce ridicule landau. Quatre cents euros pour un machin que seul un ingénieur des ponts et chaussées est en mesure de rassembler… Respiration, relaxation… J’avise une passante. « Bonjour. Dites-moi, je dois aller chercher mon fils à la maternité, et je ne parviens pas à refermer cette poussette. Vous sauriez comment cela fonctionne… ?

— Cela fait longtemps, mais je veux bien regarder. ».

En un clin d’œil la poussette s’est retrouvée rangée. Comment a-t-elle fait ? Vite, je creuse un trou et me terre jusqu’à la fin des temps… Je me détends. Je vais chercher ma nouvelle famille. Sortir le landau cette fois est une partie de plaisir ! Je retrouve Coralie et Côme, prêts pour le grand retour à la maison. Cora préfère garder bébé dans ses bras. Je songe un instant à offrir le landau à une autre famille. « Chérie, tu veux bien m’aider à replier la poussette ? ».

J’ai l’impression que Côme a pris les seins de ma chérie pour son doudou. Alors d’accord, il va falloir que je partage. Je découvre qu’un nouveau-né passe son temps à téter et à dormir. La mère est fatiguée, épuisée. Apparemment bébé n’est pas concerné par nos rythmes de vie, par l’alternance des jours et des nuits. Si jeune et déjà aux commandes, cela promet ! Le rythme circadien connaît pas ! Il a faim la nuit et donc il nous le fait savoir. Je ne peux pas faire grande chose, n’étant pas moi-même en mesure de transformer l’eau en lait. Quelle capacité remarquable ont les femmes que de pouvoir transformer l’eau en lait. Je me sens encore un peu à l’écart. Lorsque je le prends dans mes bras, je me sens tout chose, impressionné par ce petit être. Je suis ému. Qu’il est mignon. Je découvre la dépression post-partum. La maman est en larmes et à fleur de peau. Génial tout va bien. Pourtant bébé va bien, il dévore le sein, l’accouchement s’est bien déroulé. Cela me revient maintenant : les sage-femmes, entre deux coups de lime, nous avaient prévenu qu’il est possible qu’au retour la maman aie le baby-blues. Il y a beaucoup de bouleversements physiologique et psychologiques qui surviennent après la naissance. Cela passe rapidement semble-t-il.

Donc la paternité serait tout cela ? Waouh…

Parfait pour l'épisode de la poussette !

Un peu moins inconfortable pour moi, des personnes présentent des façons alternatives de se soigner avec des plantes. Selon eux, la nature fait pousser tout ce dont on a besoin autour de nous (j’habite en ville, je ne sais pas si cela marche aussi). Avant l’avènement des laboratoires pharmaceutiques tout le monde se soignait avec et par les plantes. Pour le quotidien, les gens dans les campagnes (90 % de la population dans les années 1900) se soignaient avec les plantes. Il y avait un savoir populaire. Les plantes étaient utilisées en association, elles se complétaient. Rien à voir avec les médicaments actuels : des molécules sont extraites de plantes puis synthétisées en se focalisant sur un seul principe actif. Ce savoir est aujourd’hui moqué, souvent tourné en dérision. Depuis la fin de la deuxième guerre, il n’y a plus d’herboristes formés en France, le diplôme a été supprimé. Depuis lors, seuls les pharmaciens sont habilités à conseiller et faire des préparations à base de plantes. Cela ressemble fort à une confiscation de savoirs ancestraux au profit d’intérêts capitalistiques. Surtout qu’il y a d’autres pays autour de nous, (nos voisins espagnols par exemple !) où l’on laisse le choix et la possibilité aux gens de recourir à ces pratiques médicales bien plus simplement. En France, les vendeurs de plantes sur Internet ou sur les marchés n’ont même plus le droit de faire d’allégations, de citer les vertus des plantes qu’ils commercialisent. Ils risquent d’être ennuyés. Je crois rêver, ne plus pouvoir vanter les vertus apaisantes et calmantes d’une tisane de verveine (ouh là là, je prends un sérieux risque là, non ne m’écoutez pas, prenez une pilule magique à la place !). Dénigrer des savoirs millénaires, infantiliser les gens dans le seul but de leur vendre des trucs, je suis au bord de l’écœurement, furieux. Maintenant que je sais tout cela, j’ai bien envie d’en apprendre un peu plus sur toutes ces plantes, ce doit être mon côté rebelle qui veut cela. Peut-être faudrait-il que j’aille vivre à la campagne, pour me rapprocher de la nature ?

Avec ce forum ouvert, je crois que j’ai gagné dix ans d’exploration solitaire. Je suis gonflé à bloc et prêt à apprendre plein de nouvelles choses, youpie ! Je suis un Colibri, je ne peux sans doutes pas sauver le monde, mais je peux faire ma part. Quelle bonne nouvelle. Je me sens moins seul !

Je note au passage que là ou je me suis senti en colère, furieux et écœuré, j’ai ressenti ces émotions, mais de manière détachée. Il y avait ces émotions, et moi conscient de ces émotions. Je ne me suis pas senti identifié à elles. Si je ne suis pas mes émotions, qui suis-je alors ?

Références

 Il n’y a as de référence aujourd’hui ! Na !

Nota : les liens vers les livres sont des liens affiliés Amazon. Cela signifie, que si vous achetez les livres en passant par ces liens, je touche une petite commission, mais le prix reste inchangé pour vous. C’est une manière de me soutenir. Merci pour votre geste. 

Suite au prochain numéro ! J’attends vos retours, encouragements, critiques, suggestions, corrections pour vous livrer la suite !

A très bientôt !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
avatar
  S’abonner  
Notifier de

“Mon corps, que souhaites-tu faire aujourd’hui ?”

peur du noir

peur du noir

Mon enfant a peur du noir, des monstres Comment pouvons-nous aider un petit garçon ou une petite fille ayant peur du noir, des montres qui

Lire plus »

Fête des mères

Ta mère ! Je sais pas vous, mais moi j’oublie tout le temps la fête des mères. Quel fils indigne ? En voilà un point

Lire plus »

Ton mental est un piège

Quand on arrive pas à dépasser une situtation bloquante dans sa vie, on a souvent recours à son mental, à une approche analytique de la

Lire plus »

Votre mantra
Subliminal
offert