Roman Changer sa vie. Chapitre 4a

Changer sa vie, vers la lumière. Vers la lumière

Je me suis toujours demandé ce que je faisais sur Terre. De découvertes en surprises, Marc nous partage son chemin sans concession; mais avec légèreté.

Amis lecteur, je te livre mes pages. Laisse moi ton commentaire en bas de celle-ci :-)

Zut, je n’ai pas lu le début. Vers le chapitre 1 !

Le déménagement  de Coralie a été réduit à sa plus simple expression : nous avons vendu tous les meubles, l’électro-ménager et ce qui ne se vendait pas nous l’avons donné : il existe plein de sites internet pour donner des objets, je préfère donner que d’aller alimenter des déchetteries. Notre société de consommation produit tellement que nos poubelles débordent…

Toute notre vie parisienne tient dans la voiture, avec le chat visiblement peu enchanté par notre projet de nouvelle vie.

Quel bonheur que de se retrouver à deux, retrouver notre complicité, notre tendresse. Deux et demi quoi. Nous allons bien profiter de ces derniers mois en couple, car après un nouvel épisode commence ; et je n’ai aucune idée de à quoi cela ressemble que d’accueillir un bébé dans ma vie. L’échographie nous a révélé que nous aurons un petit garçon. Zut, moi qui espérais une petite fille, je ne sais pas pourquoi ! Enfin, si sans doutes, parce que je m’entends bien avec les filles, j’ai beaucoup plus de copines que de copains ! Affinités. Mais ce n’est pas très rationnel, après tout un p’tit garçon sera très bien aussi. C’est marrant d’imaginer comment nous allons le nommer. On lui fait écouter de la musique classique, du piano, il paraît qu’il entend déjà tout, et qu’il absorbe également toutes les émotions que ressent sa mère. Vu ce que l’on a appris sur l’impact des pensées sur la matière, on essaye de toujours lui envoyer de bonnes ondes ! Les ondes encore un sujet qui me paraissait neutre inoffensif, anodin. À vrai dire, je n’avais pas d’opinion sur le sujet et je me rends compte que nous sommes en permanence pollués, bombardés, traversés par des ondes et que celles-ci ont un impact sur notre santé. On ne peut pas se prémunir de tout, mais au moins je coupe le wifi et les téléphones portables le soir. C ‘est pendant le sommeil que les ondes sont les plus néfastes, et encore plus pour les enfants pour lesquels le cerveau n’est pas encore définitivement formé.

Nous avons reçu nos premiers légumes de l’AMAP. Nous avons souscrit à un panier par semaine. Les paniers sont distribués tous les mardi soir dans une salle prêtée par la ville. Lors de la distribution nous rencontrons le maraîcher et plein de nouvelles personnes sympathiques ; peut-être que l’on va pouvoir se faire des amis dans cette ville où nous sommes anonymes pour l’instant ? C’est très étonnant, on découvre des légumes : la blette et le panais ; je ne sais même pas si j’ai déjà eu l’occasion d’en manger ! On parle pourtant pas d’un légume hyper exotique ou rare ! On va tester de nouvelles recettes. A chaque fois, c’est la surprise, on ne sait pas à l’avance ce que contiendra le panier. Dame nature nous livre ce qui est prêt. Le maraîcher nous a expliqué comment il travaille, on pourra bientôt venir visiter son exploitation et lui donner un coup de main. J’aime cette proximité ; cela me donne l’impression d’être avec de « vrais gens » ! Il nous donne aussi des recettes pour les légumes que l’on ne connaît pas. Je préfère pas trop dire que l’on vient de Paris, pas envie de passer pour un « mec de la ville ». Surtout que ce ne fut qu’un passage.

Je reste fidèle à mon programme de méditation quotidien matinal. J’essaie de ne penser à rien, de trouver le vide, la quiétude. Ce n’est pas évident, mais lorsque je le fais je ressens une sorte d’apaisement. Cela fait un moment que j’entends souvent qu’il faut lâcher prise, lâcher le mental, ne pas stresser. D’accord mais comment faire ? Je partage le principe au niveau théorique ; pour ce qui est de la mise en pratique concrète, là je coince. Quand cela tourne en boucle dans le ciboulot, cela tourne en boucle. J’ai beau dire que je lâche prise, cela finit juste par m’énerver encore plus. Comment faire ?

À la faveur d’une nouvelle lecture, je viens d’avoir un éclairage, une piste sérieuse ! J’ai découvert une série de livres d’un auteur éveillé. Ces livres sont emprunts d’une sagesse limpide. Eckart Tolléi nous suggère « il faut observer le penseur ». Voilà, j’ai compris ce que cela veut dire, le déclic a eu lieu ! Vu que nous ne sommes pas nos pensées, c’est vrai que si l’on observe les pensées, nous ne nous identifions plus à elles ; elles vont, elles viennent de façon autonome, elles font leur vie finalement. Ce n’est pas important ce que l’on pense, pas plus que ce que l’on voit défiler devant nos yeux lors d’un voyage en train. Ce n’est pas nous, cela passe devant nous, mais cela ne nous définit pas. Envisagé ainsi, cela crée un espace de liberté en moi. Alors lorsque le soir, je ressasse et tourne en boucle les problèmes et préoccupations de la journée, je tente maintenant de les regarder passer et de faire un peu comme si cela ne me concernait pas vraiment. Et c’est plutôt efficace, ces ressassements perdent de leur importance. Agitation qui ne me concerne pas. Plus.

Mais alors si je ne suis pas mes pensées, qui suis-je ?

Références

avatar
  S’abonner  
Notifier de

“Bizarrement, en faisant toujours les même choses, j’ai toujours les même résultats…”

Glorieuses possibilités

Glorieuses possibilités : livre Glorieuses possibilités : livre Allez-vous convoquer votre phénoménance dans votre vie ? La phénoménance c’est la capacité de créer quelque chose

Lire plus »

Changer sa vie. Chapitre 1

Roman Changer sa vie, vers la lumière Je me suis toujours demandé ce que je faisais sur Terre. De découvertes en surprises, Marc nous partage

Lire plus »